Les méfaits des émotions négatives

Ça n’a l’air de rien, mais la façon dont nous interprétons une expérience personnelle peut influencer en bien ou en mal notre santé. Pour notre bien-être mental et physique, il est important d’examiner comment certaines émotions peuvent nous faire du tort.

Voici un petit sommaire de ce que nous allons aborder dans cet article:

Qu’est-ce qu’une émotion?

Toutes nos journées tournent autour des émotions. Nous connaissons tous la joie, la peur, la colère, la tristesse… Nous essayons tous de fuir les émotions qui nous font souffrir et trouver celles qui nous rendent heureux.

Lorsque nous vivons des événements, nous les interprétons puis nous créons une règle générale qui façonne notre perception. C’est la signification que nous attribuons à nos pensées qui forme nos émotions. Lorsque nous ressentons une émotion, il se produit un changement cellulaire dans notre corps. Des hormones vont être sécrétées par nos glandes endocrines. Il s’agit principalement de la dopamine (l’hormone de la joie), de l’adrénaline et du cortisol (les hormones du stress).

Cycle des émotions
Le cycle des émotions

Les émotions négatives persistantes

En soi, une émotion n’est pas positive ou négative. Une émotion sert surtout à nous aider à nous adapter aux changements qui surviennent dans notre environnement. C’est l’émotion négative qui dure dans le temps qui devient néfaste pour la santé.

Il existe trois grandes catégories d’émotions négatives: la colère, la peur ou la tristesse. Et chacun de nous avons développé une « préférence » pour une de ces catégories. Autrement dit, notre vision du monde se fait à travers le prisme de cette émotion.

Chacune de ces catégories regroupe d’autres émotions qui lui sont liées.

  • La colère peut être un accès de colère. Mais cela peut aussi se manifester sous forme de frustration, de déception ou de ressentiment.
  • La peur n’est pas seulement une émotion paralysante. Elle se manifeste de manières diverses, comme le manque de confiance en soi et/ou dans les autres, l’hésitation, le doute, l’anxiété ou la procrastination.
  • La tristesse peut se manifester sous forme de chagrin mais aussi par l’apathie, l’indifférence, l’impuissance, un sentiment de vide ou de manque.

Prisonniers de ses émotions négatives

Il arrive parfois que nous devenons prisonniers de nos propres émotions. Ces émotions négatives persistantes se développent quand on est confronté à une situation qui nous semble insurmontable. Il nous est impossible de fuir ou de nous battre face à cette situation. On subit la situation sans voir l’issue.

La tristesse ou le chagrin suite au décès de quelqu’un ou une rupture est une émotion normale. Elle nous prépare simplement à une situation nouvelle. Mais si une forme intense de cette émotion perdure dans le temps cela peut devenir problématique pour la personne. Le harcèlement moral/sexuel et la violence conjugale sont d’autres situations dans lesquelles on peut se sentir complètement désarmés.

Généralement les personnes qui souffrent d’émotions négatives persistantes ont du mal à agir et à se projeter. Ils souffrent de fatigue chronique et ont tendance à se laisser aller, à tourner en rond ou à ne rien faire. On pourrait croire qu’ils sont paresseux ou qu’ils manquent d’ambition, mais ils subissent en fait une émotion négative persistante. Parfois ces individus n’en sont pas conscients et s’ils le sont, ils vont refouler leurs émotions. Et comme je le dis souvent à mes patients: « tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime ». Autrement dit, la tension causée par les émotions négatives non évacuées va s’ancrer dans le corps sous forme de douleurs diverses (articulaire, musculaire…).

Les effets d’une émotion négative persistante sur la santé

La tension provoquée par une émotion qui dure dans le temps amène le corps à être constamment en alerte et cela l’oblige à créer continuellement des substances chimiques telles que l’adrénaline, la cortisone et des endorphines. Tant que le danger sera là, le corps réagira de cette façon. Si cette situation perdure le corps va s’épuiser puisqu’il n’y a pas de phase de repos ou de récupération.

Une émotion négative persistante aura un impact différent en fonction de notre vécu et de nos fragilités respectives. Certains seront affectés par des maladies cardio-vasculaires ou digestives, alors que d’autres seront touchés par des troubles urinaires, dermatologiques ou nerveux.

L’excès d’adrénaline

Une émotion négative qui perdure peut provoquer un excès d’adrénaline. Ce dernier peut être à l’origine de nombreux problèmes cardiaques tels que l’hypertension, les palpitations. De plus, il provoque une hypercoagulation ce qui favorise l’apparition de caillots et donc le risque d’infarctus ou d’AVC (accidents vasculaires cérébraux).

L’excès de cortisone

Une autre hormone générée par le corps est la cortisone. L’excès de cortisone se manifeste par une augmentation du taux d’acide urique. Lui même à l’origine des rhumatismes. L’excès de cortisone va progressivement affaiblir les glandes surrénales. Les troubles associés à ce dysfonctionnement sont entre autres :

– l’hypertension
– l’immunodépression
– le diabète, l’obésité
– les troubles cutanés
– l’arthrite rhumatismale

Dans un prochain article nous verrons quelles sont les solutions pour sortir du cercle infernal des émotions négatives persistantes.

©Image par Pexels de Pixabay