Les vertus et les bienfaits du piment

Très largement consommé dans les pays d’Amérique du sud, dans les Antilles, en Asie, en Afrique et dans l’océan Indien et notamment à La Réunion, le piment permet de rehausser toutes sortes de plat. Au delà du goût épicé que cela apporte, le piment possède également des vertus médicinales incontestables.

Il est reconnu que le piment facilite la digestion. De plus, en manger, permettrait de fluidifier le mucus dans les voies respiratoires. C’est donc un remède naturel contre la bronchite.

Le piment est efficace contre la douleur due à la polyarthrite rhumatoïde, à l’arthrose, au psoriasis, au zona et aux douleurs nerveuses dues au diabète (neuropathie diabétique), lorsqu’elle est appliquée sur la peau de la zone touchée.

D’après une étude chinoise publiée dans le British Medical Journal, une alimentation pimentée serait associée à une plus grande longévité, . Cette étude, qui porte sur plusieurs milliers d’individus suivis pendant plusieurs années, a montré que ceux qui consomment quotidiennement des plats relevés ont 15 % de chance en moins de décéder, comparativement à ceux qui mangent épicé moins d’une fois par semaine. Toutefois comme pour tous les travaux d’observation, il n’y a pas vraiment de preuve de ce constat. Les études scientifiques sont encore trop peu nombreuses dans ce domaine pour vérifier si consommer du piment améliore effectivement la santé et réduit la mortalité.

Néanmoins, en analysant les principaux composants du piment on arrive facilement à déduire quels sont les bienfaits potentiels de ce fruit (oui, oui c’est un fruit).

La capsaïcine

Le principal composant du piment est la capsaïcine. C’est d’ailleurs cette fameuse capsaïcine qui donne ce goût piquant au piment. D’après les chercheurs, celle-ci pourrait avoir des effets anti-obésité, anti-inflammatoires et antioxydants. La capsaïcine est utilisée dans des préparations pour le traitement de la douleur causée par l’arthrite, le rhumatisme, le lumbago, etc.

L’application de capsaïcine sur la peau provoque la libération d’une quantité importante d’un neuro-transmetteur de la douleur qu’on appelle la substance P . La libération de cette substance s’accompagne de la sensation de brûlure, suivi d’une insensibilisation (analgésie) de la zone où l’on a appliqué l’extrait de piment. De ce fait une consommation modérée de piment aiderait à lutter contre l’ulcère de l’estomac en augmentant la sécrétion du mucus gastrique protecteur de la muqueuse de l’estomac.

Le docteur (ORL) Artur Gevorgyan a dirigé des études sur l’efficacité de la capsaïcine et les rhinites non allergiques. Les résultats ont été assez convaincants puisque les patients ayant été soignés à la capsaïcine ont vu leurs symptômes nasaux s’améliorer. Il existe d’ailleurs des sprays nasaux à base de piment.

La vitamine C

Dans 100 g de piment rouge on retrouvera pas moins de 140 mg de vitamine C (soit 3 fois plus que le citron! ). Les bienfaits de la vitamine C sont désormais très connus:

  • Puissant antioxydant ce qui va booster le système immunitaire.
  • Diminue la pression artérielle
  • Diminue l’acide urique (arthrose)
  • Favorise l’absorption du fer
  • Améliore le fonctionnement des globules blancs

Autres composants

Le piment contient également du fer, du manganèse, du cuivre, de la vitamine K, de la vitamine B6.

Comment consommer le piment?

D’une manière générale le piment devrait se consommer avec modération si vous avez des problèmes gastriques importants ou des troubles digestifs (colon irritable, maladie de Crohn…).

En dehors de ces cas, si votre palais vous le permet, n’hésitez pas à consommer un peu de piment régulièrement.

Le piment est généralement utilisé comme condiment. Vous en trouverez dans les commerces sous forme de sauce, de poudre et de pâtes. Il peut se consommer cru, séché ou cuit dans tout type de plat!

Il existe aussi sous forme d’huile essentielle de piment de Cayenne et des compléments alimentaires à base de piment. Lisez attentivement les recommandations des laboratoires.

Vous pouvez également trouver des remèdes naturels en cliquant ici.

Bon à savoir

Comment atténuer la saveur piquante du piment

Pour atténuer la saveur piquante du piment dans vos plats veilliez à enlever les grains et la partie blanchâtre.

La partie du piment qui contient les capsaïcines n’est presque pas soluble dans l’eau. A contrario elle est très soluble dans les corps gras tel que l’huile, le beurre ou le lait. Ainsi, quand on a consommé trop de piment il est inutile d’essayer de calmer la sensation de brûlure par de l’eau.

Pour diluer la capasaïcine il faut avaler de l’huile ou en faire un petit bain de bouche. On peut  également consommer quelque chose de gras comme du lait ou un morceau de fromage.

L’échelle de Scoville

Du nom du pharmacologue qui a étudié la force des piments grâce à leur teneur en capsaïcine.

Echelle de teneur en capsaïcine
L’échelle de Scoville

Sources:

http://www.csst.qc.ca/prevention/reptox/pages/fiche-complete.aspx?no_produit=149591
Les bienfaits de la vitamine C
Capsaicin and the stomach. A review of experimental and clinical data
Gastroprotection induced by capsaicin in healthy human subjects
The plant kingdom as a source of anti-ulcer remedies
https://www.cochranelibrary.com/cdsr/doi/10.1002/14651858.CD010591.pub2/abstract
https://www.webmd.com/vitamins/ai/ingredientmono-945/capsicum